6 types de participants à une conf-call !

Organiser une conf-call efficace peut s’avérer plus difficile qu’une réunion si vos collaborateurs ne se tiennent pas au script ou l’oublient totalement. Au bout de quelques minutes, vous aurez peut-être l’impression que chacun est dans sa bulle et voit cet exercice de travail différemment. Voyons qui sont ces participants qui peuvent mettre une conférence en déroute ou la ramener sur de bon rails, et leur pourcentage de « nocivité ».

1/ Le jongleur

Roi auto-proclamé du multi-tasking, le jongleur tentera de suivre la conversation en faisant autre chose dès que ce n’est plus à lui de parler. Il peut aussi profiter de ce moment pour aider un collègue, et s’il est à la maison, s’occuper d’un bébé ou nourrir le chien. Distrait, il oublie tout le temps d’appuyer sur mute lorsqu’il ne parle pas, et il est le premier facteur d’une conf-call qui va droit dans le mur. Nocivité : 90%

2/ Le Coach

C’est la personne responsable qui gère les interventions et le flot de la conversation. Il est calme, réfléchi, et sait rediriger la discussion pour faire avancer la conf-call. Un bon coach réussit à ramener les collaborateurs vers le sujet principal de la conf-call sans paraître trop autoritaire pour ne pas saper l’ambiance. Sûrement le rôle le plus difficile car le plus important de tous. Nocivité : 10%

3/ Le soliste (bruyant)

Si chacun doit jouer sa partition dans une conf-call, le soliste lui, n’entend personne et pense être seul dans la pièce, avec ses pensées. Il passera le plus clair de son temps à réfléchir à voix haute, exposer son point de vue sur tout et faire mine que sa parole est représentative de celle de ses collaborateurs. A force de tirer la couverture à lui, il casse la dynamique conversationnelle et sabote le principe même de la conf-call. Nocivité : 80%

4/ L’animateur

Il est présent pour traduire ce qu’il se passe dans la pièce à l’interlocuteur qui ne peut pas voir ou comprendre. Il est là pour décrypter toutes les « private jokes » des collaborateurs, répéter les propos mal entendus, ou expliquer ce qu’il se passe dans la pièce (présentation d’un graphique, départ d’un collaborateur, distribution de documents). Il a le rôle de médiateur et permet au participant à l’autre bout du fil de ne pas se sentir seul et déconnecté des autres. Attention à ne pas commenter le moindre détail, au risque de devenir contre-productif. Nocivité : 5%

5/ Le voyeur

Tout comme un voisin curieux scrute à sa fenêtre avec des jumelles pour capturer une bribe de votre quotidien dans le bâtiment en face, le voyeur d’une conf-call suit et écoute sans dire un mot. Il ne fait que prendre des notes sans participer ni signaler sa présence. Un participant inutile donc, qui nuit à l’image de votre entreprise. Nocivité : 30%

6/ Le décalé

Sans s’en rendre compte, ce participant ne s’adapte pas au rythme des interventions et au décalage qu’il peut y avoir entre le moment où ses collaborateurs parlent et le moment où les correspondants à l’autre bout du fil reçoivent l’information. Toujours en décalage, il aura tendance à interrompre et rendre l’échange incompréhensible. Nocivité : 50%

Source image à la Une

Commentaires

Laisser un commentaire