Le e-hoarding, c’est grave docteur ?

e-hoarding

Vous êtes du genre à entasser des tas de choses chez vous (et chez vos amis / parents / espaces de stockages en location…) ? Si vous pensiez que le digital allait vous sauver de cette tare, mauvaise nouvelle : il existe également son pendant virtuel, le e-hoarding (ou digital hoarding). S’il vous permet d’économiser de la place dans votre salon, il n’en est pas moins nocif, surtout dans le cadre du travail.

Le e-hoarding, qu’est-ce que c’est ?

Le e-hoarding est la tendance à l’acquisition excessive ou la difficulté à se séparer de tout contenu stocké sur informatique alors que l’on n’en a plus l’utilité. Ce comportement implique le stockage de masse d’outils ou données non nécessaires de façon presque compulsive. Le digital hoarding concerne n’importe quel espace virtuel sur lequel des informations peuvent être stockées : photos, icônes du bureau, documents, boîte mail, onglets, bookmarks, musique, vidéos, applications / programmes… Même les réseaux sociaux peuvent abriter le e-hoarding en accumulant les archives des publications indéfiniment, les amis et autres pages suivies…

En bref tout ce que vous stockez sur votre ordinateur / tablette / smartphone et dont vous n’avez pas la moindre utilisation s’apparente à du e-hoarding.

C’est grave docteur ?

Le e-hoarding fait partie de ces nouvelles anxiétés générées par les outils digitaux (au même titre que le FOMO – fear of missing out, peur de passer à côté -). Il est lié à la peur de la perte. Les données étant déjà dématérialisées, cela génère encore plus d’attachement. Tout garder, c’est également céder à la facilité en se libérant de l’obligation de faire un choix. Mais cela se traduit par une perte de temps pour retrouver ses documents, une saturation et une multiplication des espaces de stockage (qui peut engendrer un surcoût), une complexification du système de classement, un allongement du temps de backup, un ralentissement des devices, un surcroît d’utilisation d’électricité (attention à l’empreinte carbone !) et finalement une baisse de la productivité.

Suis-je atteint de e-hoarding ?

Vous voulez identifier si vous êtes atteint de ce trouble ? Voici quelques signes qui devraient vous alerter :

  • vous sauvegardez chaque version d’un document (vos dossiers sont remplis de V1, V2, V2bis …) ;
  • vous ne classez jamais aucun mail dans des dossiers ;
  • vous vous inscrivez souvent à de nouvelles newsletters mais ne vous désabonnez jamais de celles que vous ne lisez pas ;
  • vous passez plus de temps à chercher vos documents qu’à travailler dessus ;
  • votre bureau est rempli d’icônes en tout genre ;
  • vous avez une multitude de clés usb qui contiennent à peu près toutes les mêmes documents ;
  • vous avez même conservé vos vieilles disquettes (alors que votre ordinateur ne peut pas les lire).

Comment je me soigne ?

Astreignez-vous à quelques règles simples pour éviter de vous laisser déborder. Vous pouvez par exemple vous interdire de stocker quoi que ce soit sur votre bureau (et donc vous obliger à classer), trier tous les 6 mois vos programmes et applications et supprimer ceux que vous n’avez pas utilisés depuis 3 mois, archiver vos mails par dossiers et les supprimer une fois qu’ils ne sont plus d’actualité, vous obliger à faire le tri lorsque vous atteignez votre espace limite de stockage sur le service cloud que vous utilisez au lieu d’acheter de l’espace supplémentaire ou encore organiser un classement rigoureux avec une hiérarchie optimisée.

Comme souvent, connaître ce travers et l’admettre, c’est déjà avoir fait la moitié du travail. Vous savez maintenant comment combattre votre tendance au e-hoarding et ne pas la laisser atteindre votre productivité.

Commentaires

Laisser un commentaire